Business is booming.

Une alternative sans médicaments pour soigner le TDAH

0

Entre 2013 et 2018, le nombre de personnes atteintes du TDAH a presque doublé dans le monde. Plus communément appelé trouble de déficit de l’attention avec ou sans hyperactivité, il atteint majoritairement les enfants en bas âge. Le problème, c’est qu’à l’heure actuelle, la seule réponse appropriée reste le traitement médicamenteux qui peut s’avérer très lourd chez les plus jeunes. Voilà pourquoi, certains professionnels se sont regroupés autour de ce syndrome afin de créer une alternative sans médicaments et qui commence déjà à porter ses fruits

Petit tour du TDAH  

Le TDAH se caractérise par trois signes principaux que sont : l’inattention, l’hyperactivité et l’impulsivité. Toutefois, il existe des différences entre l’enfant et l’adulte qui peut également souffrir de ce genre de syndrome. Souvent répandu chez les plus jeunes, il ne permet plus à l’enfant de pouvoir s’insérer socialement et de s’adapter à son environnement. Crise de colère, débordements d’énergie, troubles de la concentration… Autant de signes qu’il faudra guetter afin d’offrir une réponse appropriée aux patients. Car derrière ce trouble se cachent de nombreux problèmes physiques, psychiques mais également physiologiques avec une atteinte directe au système cérébral provoquant parfois des maux de tête, des symptômes gastro-intestinaux et un stress bien trop important à supporter. Seulement le problème, c’est qu’aujourd’hui, la principale réponse apportée reste le traitement médicamenteux parfois très lourd pour les plus jeunes. Et c’est exactement la raison pour laquelle certains professionnels se sont penchés sur la question et proposent désormais une alternative sans médicaments

Le neurofeedback ou comment soigner le TDAH sans médicaments

Grâce à une méthode basée sur la remédiation cognitive, certains professionnels proposent aujourd’hui la technique du neurofeedback. Il s’agit d’une rééducation cérébrale qui se présente sous la forme d’un jeu vidéo et qui permet un apprentissage progressif des capacités du patient. En pratique, un bonnet sera placé sur la tête de la personne et captera les ondes cérébrales émises par cette dernière. Instantanément, le logiciel capte l’activité mentale et la retranscrira visuellement aux patients. Ainsi, la personne sera plus en mesure de maîtriser d’éventuels débordements et sera capable, au fur et à mesure, d‘ajuster sa concentration en fonction de son niveau d’hyperactivité.

Leave A Reply

Your email address will not be published.